Les ananas volants et leur CO2

Retour au sommaire

Écologie

Les ananas frais de la variété Sugar Loaf du Ghana et du Togo sont une exception dans la gamme gebana : ce sont les seuls produits autorisés à voler. Depuis la première livraison en 2016, nous avons multiplié par cinq les émissions de CO2 liées au transport aérien. Un récit sur les pièges, les revers et les succès.

Pflanzung der Kakaobäume

Nous avons planté 5000 cacaoyers au Togo dans le cadre de notre premier projet de compensation.

Si vous transportez 1 kilo d'ananas frais de Lomé au Togo à Zurich par avion, vous émettez entre 3 et 10,5 kilos de CO2. Il est difficile d'obtenir un chiffre plus précis. L'abondance des calculateurs de CO2 disponibles aujourd'hui conduit également à une profusion de résultats différents.

Quel chiffre doit-on considérer afin de quintupler la compensation du CO2 causé par le fret aérien ? Après tout, c'est le but que nous nous étions fixés lorsque nous avions acheminés des ananas frais Sugar Loaf en Europe par avion pour la première fois en mars 2016.

Pour le premier vol vers la Suisse, nous avions basés nos calculs sur des valeurs d’avions de passagers, arrivant à 5 kilos de CO2 par kilo d'ananas ou 35 kilos de CO2 par boîte. Pour les vols suivants, nous avons utilisé les émissions d'un avion-cargo et sommes arrivés à 27 kilos de CO2 par caisse pour le transport vers la Suisse. La valeur est inférieure car un avion-cargo transporte plus de fret qu'un avion de passagers et émet donc moins de CO2 par kilo de cargaison.

Comment quintupler la compensation du CO2?

Comme nous ne savions pas exactement comment quintupler le CO2 au début, nous avons d'abord converti les quantités engendrées en coûts de compensation. Nous sommes arrivés à un montant d'environ 70 centimes par caisse d'ananas. Pour la toute première livraison, nous avions toutefois calculé les émissions de CO2 plus élevées (1,28 franc suisse par caisse).

Depuis lors, nous avons multiplié les frais de compensation par caisse par le nombre de caisses dans chaque livraison, puis quintuplé ce montant et versé sur notre compte de compensation. Depuis la première livraison en mars 2016, nous avons fait voler 25’311 caisses d'ananas, émettant environ 704 tonnes de CO2, ce qui équivaut à un coût de compensation simple de 18’518 francs suisses. Cinq fois ce montant, c'est 92’590 francs.

Nous utilisons cet argent pour financer divers projets de compensation. Deux ont déjà été réalisés et nous en mettons un troisième en œuvre cette année.

Projet 1 : Cacaotiers au Togo

Pour notre premier projet de compensation en 2016, nous avons planté 5000 cacaoyers au Togo, compensant ainsi 1250 tonnes de CO2. Le projet a coûté environ 1192 CHF.

L'idée derrière tout ça : fixer le CO2 et créer en même temps des opportunités de revenus pour les familles d'agricultrices et agriculteurs. Aujourd'hui, nous savons cependant que cette campagne de plantation a été un faux succès. En effet, les cacaoyers sont généralement abattus après environ 25 ans, lorsque leur rendement diminue, et le CO2 fixé dans les arbres est donc à nouveau libéré, dans le pire des cas. Cependant, nous ne modifions pas notre calcul pour l’instant.

Projet 2 : un four à pyrolyse au Burkina Faso

Entre octobre 2018 et juin 2019, nous avons travaillé avec gebana Burkina Faso pour développer un four à pyrolyse qui produit de l’énergie à partir des coques de noix de cajou. Nous utilisons cette dernière pour sécher les mangues. Au Burkina Faso, la source d'énergie habituelle pour les fours de séchage est le gaz.

Projet 3 : reboisement au Brésil

De janvier à août 2021, nous reboiserons 3,5 hectares de terres au Brésil. Plus précisément, nous plantons 3668 arbrese[1]. Tous sont des espèces indigènes et ne finiront pas en bois. Ces arbres ne seront donc plus abattus au bout d’une période déterminée.

Les deux espèces Eucalipto et Bracatinga sont représentées en plus grand nombre que les autres car elles ont une croissance très rapide. Les propriétaires de terrains pourront donc couper ces arbres régulièrement et laisser les boutures pourrir. Cela ajoutera des éléments nutritifs au sol, favorisant la croissance des autres espèces. Avec le projet de reforestation, nous espérons compenser 611 tonnes de CO2 sur les 20 prochaines années cumulées. Les coûts s'élèvent à 12’115 francs.

Solde positif de CO2 et toujours de l'argent sur le compte bancaire

Si l'on additionne les trois projets, on arrive à 3832 tonnes de compensation de CO2. Etant donné que le projet au Brésil s’étend sur un horizon de 20 ans, nous avons au bout du compte et de façon purement chiffrée un crédit d'un peu moins de 312 tonnes de CO2. En outre, notre compte de compensation affiche un solde positif.

Pour rappel : depuis la première livraison, nous avons versé à ce jour 92’590 francs sur le compte de compensation. Si l'on déduit les coûts des trois projets, il nous reste 59’284 francs.

Ce solde et les trois projets nous montrent à quel point la question est complexe et combien il est difficile de mettre en œuvre un projet de compensation réellement efficace. Notre conclusion : il est nécessaire de réaliser encore plus de projets.

Il est important pour nous de faire une différence là où vivent les personnes avec lesquelles nous travaillons. Le simple achat de certificats de CO2 n'est pas une option pour nous. Nous recherchons plutôt l'expertise de façon spécifique et offrons également à nos employé.e.s et partenaires à la source la possibilité de soumettre leurs propres idées. Le projet au Brésil est né de cette façon.


Sources

Notre promesse de compenser cinq fois les émissions carbones des ananas est née en partie grâce aux réactions de nos clientes et clients. Fin 2015, nous avons mené une enquête à ce sujet. Nous avons publié les résultats ici, sur le blog. https://www.gebana.com/de/blog/2016/03/11/ergebnisse-der-flugfracht-umfrage/

Calculateur de CO2 pour vols de MyClimate https://co2.myclimate.org/de/flight_calculators/new (consulté le 3.2.2021)

Bases pour le calculateur Myclimate https://www.myclimate.org/fileadmin/user_upload/myclimate_-_home/01_Information/01_About_myclimate/09_Calculation_principles/Documents/myclimate-Flugrechner-Grundlagen_DE.pdf (consulté le 3.2.2021)

Calculateur de CO2 pour le fret aérien de Arktik https://www.arktik.de/CO2-Bilanz-Logistik/ (consulté le 3.2.2021)

Calculateur de CO2 pour le fret aérien de Klimanko https://www.klimanko.de/gutertransport-per-luftfracht/ (consulté le 3.2.2021)


[1] 140 plants des espèces Goiabeira (Psidium guajava), Jabuticabeira hídrida (P. cauliflora), Abacateiro (Persea americana), Bananeira (Musa sp), Limoeiro galego (Citrus aurantifolia), Pocã (Citrus reticulata), Araçazeiro amarelo (Psidium cattleyanum), Erva mate (Ilex paraguariensis) et Grumixameira (Eugenia brasiliensis); 868 plants de l’espèce Eucalipto (Eucaliptus sp.) et Bracatinga (Mimosa scrabella); 168 plants de l’espèce Vacum (Allophylus edulis), Açoita cavalo (Luehea divaricata), Amora do mato (Rubus rosifolius) et Jambolão (Syzygium cumini).